Le corps des livres : anatomie des ouvrages illustrés et épistémologie de l’imprimerie

Rencontre du lundi 25 février 2019 (17h30)

Le corps des livres : anatomie des ouvrages illustrés et épistémologie de l’imprimerie (1520-1545)

Hélène Cazes (University of Victoria, Canada)

Dans la première moitié du XVIe siècle, les anatomistes  affirment reformer la science médicale par  l’observation directe du corps et fondent une nouvelle épistémologie basée sur le regard. Présentée comme un retour aux sources du savoir, cette renaissance scientifique s’accompagne de la production de traités somptueusement illustrés, en grand format, célébrés par les historiens du livre comme des chefs-d’œuvres de l’art : les Commentaires et les Isagogae de Jacopo Berengario da Carpi (Bologne, Girolamo de’ Benedetti, 1521 et 1522) , la Fabrique du corps humain d’André Vésale (Bâle, Oporinus, 1543) et la Dissection des parties du corps humain de Charles Estienne (Paris, Simon de Colines, 1545 et 1546).

L’histoire des sciences a reconnu en ces ouvrages l’utilisation d’une technologie, le livre imprimé, au service d’une épistémologie, l’autopsie. Cependant, ce récit établit parfois, dans sa chronologie fictive, une hiérarchie entre discours scientifique (l’esprit) et la technologie (la matière) et il reproduit, de fait, une distinction entre arts libéraux (la médecine) et arts mécaniques (l’imprimerie) : les presses auraient fourni le moyen d’exprimer et faire connaître une revolution de la pensée. Or ce modèle, qui partage les rôles entre auteurs et acteurs du livre, ignore le retentissement intellectuel de ces nouveaux objets du savoir : la « mise en lumière » du corps humain est en soi un nouveau regard. Tout autant qu’il la sert, le livre imprimé change la manière de dire et faire la science.


Cette rencontre a lieu dans la salle des rencontres, au premier étage de la bibliothèque universitaire de Rennes 2.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.